26 novembre 2011

A la faveur de ma plume: Femme...s

femme-au-foyer

« Aujourd'hui encore, il s'en est fallu de peu » se disait Martha penché au dessus de son évier, un torchon à la main. Alors qu'elle se savait en sécurité, elle ne pouvait s’empêcher d'éprouver encore quelques sueurs froides. Elle resserra son tablier autour de sa taille fine, réajusta son col et ses cheveux. Elle vérifia le tout dans le fond d'une casserole rutilante : « Une parfaite petite femme d'intérieur. » Elle soupira en voyant la vaisselle qu'Alice lui avait laissé avant de partir. Elle savait qu'elle ne tiendrait pas longtemps ainsi... Faire semblant, mentir à son mari, gérer deux emplois du temps et deux vies aux antipodes... Mais comment lui dire ce qu'il ne voulait pas entendre. Il la voulait tellement « dans l'air du temps ». Elle, l'attendant patiemment à la maison et lui, ramenant de quoi faire vivre une bonne petite famille. Avec un fils et une petite fille qui porterait des nœuds roses dans ses cheveux. Mais comment lui dire que ce n'était pas ainsi qu'elle avait été élevé, que ce n'était pas la vie dont elle avait rêvé et encore moins celle dont on avait rêvé pour elle... Allan allait rentrer, elle attrape une assiette.

Alors qu'elle regardait sa triste petite robe à carreaux, elle repensait à sa journée... Un quart d'heure avant elle était une autre femme... Elle repensait à ses cheveux laqués et disciplinés de façon sophistiqués, au tailleur haute couture choisi avec soin et à ses chaussures si hautes, si hautes ! Un quart d'heure avant, elle était celle qu'elle avait toujours voulu être, celle que son père avait élevée et éduquée... Une véritable femme d'affaire à la tête du plus grand cabinet d'architecture d'Atlanta... Ce matin encore elle prenait des décisions, coupaient des têtes, encourageaient ceux qu'elle jugeait talentueux... Une main de fer dans un gant de velours disaient ses collaborateurs. Et puis tous les jours, comme aujourd'hui, à 16h30 elle reposait le dossier en cours et houspillé par son précieux secrétaire elle quittait ce fabuleux bâtiment créé par son père.

Au volant de son sublime cabriolet, elle regagnait la petite masure d'Alice, sa bonne mais aussi meilleure alliée dans cette histoire, pour récupérer l'automobile plus humble que lui avait offert Allan. «  Côtelettes d'agneau, haricots verts et pomme au four ! » lui avait dit Alice tandis qu'elle l'aidait à redonner une forme plus naturel à ses cheveux. « J'ai aussi fait une tarte au citron Miss Alster. Et je vous ai laissé un peu de vaisselle aujourd'hui. Demain je ne ferais pas votre lit. » Elle devait trouver sa patronne folle à lier... mais elle n'en disait rien se contentant dans la journée de se faire passer pour Miss Martha Alster. Elles avaient la même taille, la même corpulence, le même âge et même quelque chose de semblable dans le visage... Il avait tout de même fallu teindre les cheveux d'Alice dans un brun plus soutenu. Les voisins n'étaient pas du genre à copiner, ce qui arrangeait bien leur affaire, mais c'était juste « au cas ou ». Ils voyaient ainsi, tous les jours, une Miss Alster vaquer à ses occupations et conduire la petite auto en ville. En contre-partie de cette drôle de vie, Alice conduisait une voiture luxueuse quand elle ne travaillait pas et Martha ne cessait de lui offrir des vêtements afin qu'elles aient une garde robe similaire. Sa patronne avait bon goût, la paie était joviale et la maison coquette... Alice semblait ne rien avoir à redire. Martha se regardait une dernière fois dans le miroir « Une parfaite Miss Alster, Miss Alster. » lui disait alors Alice chaque soir.

Elle reprenait la route jusqu'à sa petite maison de parfaite banlieue. À 17h00, elle sortait de sa voiture, son panier à la main, comme si elle revenait d'une course. Elle saluait rapidement les quelques mères de famille qui rentraient chez elle puis redécouvrait sa maison et prenait ses marques. Alice lui laissait toujours une tache à faire mais le restant de la maison était rutilant et respirait la fraîcheur. « Précieuse Alice » pensa Martha en faisant couler l'eau. La porte s'ouvrit alors. « Bonsoir mon Amour, ce que ça sent bon ici  Comment était ta journée ? » Qu'il était beau cette homme ! Comme elle l'aimait... Ses grands yeux clairs, sa voix chaleureuse, son large torse et ses bras pour lesquels elle renoncerait à presque tout... presque tout... Pour lui, elle devait continuer... encore un peu... encore un peu pour ne pas le perdre. « Je t'ai fait une tarte au citron.» Il embrassait à merveille. Elle avait su qu'elle serait heureuse avec lui dès le jour où ils s'étaient croisés dans le grand hall du cabinet 3 ans auparavant. Mais elle savait déjà que jamais cet architecte ambitieux qu'était Allan Alster n'accepterait d'épouser son grand patron, l'héritière de la famille Bramsey, dirigeante du plus grand cabinet d'Architecture d'Atlanta... 

Voici un nouvel exercice proposé dans le cadre de notre atelier d'écriture Diderophilement Ecrit. Il fallait écrire un texte, d'une demi page à une page et demi, racontant ce qu'il s'était passé un quart d'heure avant la photo proposée. Cette photo nous était imposée. J'espère que mes compagnons d'écriture jugeront que je n'ai pas trop dépassé les limites de l'exercice ;) 

Nous en sommes donc au 5ème exercice en 2 mois. Sachant que nous sommes tous très occupées entre la fac et/où le boulot je suis plutôt fière de nous. Il n'est pas toujours facile de se poser un peu pour s'exercer à ce qui est pour nous un loisir, une passion mais aussi quelque chose dont on espère tirer un projet professionnel. Ecrire, dessiner, créer... tout cela prend du temps. Et un temps que, "societalement", on ne s'accorde pas toujours même lorsque c'est un besoin. Je pense réellement que cela vient en pratiquant. Peut être au détriment de quelques heures de ménage - aïe ces fameuses corvées - d'un autre loisir ou encore de quelques heures de sommeil. Mais plus on crée plus on en ressent le besoin et plus on se donne du temps pour le faire. Laissez vous du temps à vos passions? 

 

J'encre le monde et j'entraine avec moi pour cette fois çi:
Trésor de Cristal.Pupure La Licorne.
 

Exercices précédents: 
N°1: Une photo/un texte.
N°2: Poésie et mots imposés.
N°3: Deux phrases pour un texte.
N°4: C'est dans l'air... 
 

Posté par Nore Thrud à 17:50 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,